Les solutions d'Halliantis RH pour vos formations

Formuler une critique




Formuler une critique
Pour réussir à formuler une critique, mettez-vous temporairement à la place du « récepteur » en vous posant la question suivante : Si jamais j’étais à la place de mon collaborateur comment aimerais-je que l’on me formule cette critique ?

Faites preuve d’empathie, en vous mettant temporairement à la place de l’autre sans absorber la charge émotionnelle associée, est le meilleur moyen de réussir à formuler une critique. Si vous avez été victime de critique, qu’avez-vous apprécié et que n’avez-vous pas apprécié ? Ce qui veut dire qu’aucun jugement de valeurs ne doit être prononcé. Si vous restez sur le terrain des opinions, sans formuler de faits, vous prenez le risque de voir votre opinion non argumentée, se retourner contre vous.

Gardez en mémoire ce proverbe : « La critique est aisée mais l’art est difficile » sous-entendu « Il est facile de critiquer ce que font les autres alors que l’on ne ferait pas mieux soit même ».

La critique ne portera que sur des faits qui concernent l’aspect professionnel : le comportement, l’activité, la décision, l’action, la consigne ou la tâche du collaborateur. En vous appuyant sur des faits, vous éviterez les généralisations qui sont toujours excessives et perçues comme injustes à la différence des faits qui sont incontestables car objectifs.

Etre assertif, c'est-à-dire « se faire respecter tout en respectant son interlocuteur » est l’état d’esprit à adopter pour rester maitre de soi. Le but n’est pas d’être dans le rapport de force ou de vouloir régler des comptes. Votre but est de faire progresser un comportement professionnel.

Restez respectueux et bienveillant envers le collaborateur et ferme et exigeant envers les faits constatés. Appliquez un des principes de la négociation raisonnée en traitant séparément les questions de personnes et le différend : Être "doux" à l'égard des hommes et "dur" à l'égard du différend.

Une critique est circonstanciée. Prenez du recul par rapport à l’événement en ne formulant aucune critique à chaud. A l’inverse, la critique sera formulée à un moment proche des faits constatés (quelques heures après, le lendemain ou lors du prochain entretien hebdomadaire).

Utilisez le « je » lors de la formulation et jamais le « on ».

Entraînez-vous à formuler la critique et préparez la réponse aux éventuelles objections en veillant à ce que vos canaux para-verbaux et non-verbaux soient adaptés.

Une critique (individuelle) n’est jamais formulée en public.

Demandez ou proposez une action à mettre en place pour faire en sorte que l’objet de votre critique ne se reproduise pas.

Terminez votre entretien par une formule positive.