Les solutions d'Halliantis RH pour vos formations


Le contrat de génération


Le législateur investissant dans la dynamique intergénérationnelle, très à la mode chez les consultants, va-t-il déclencher un de ces mouvements de foule qui fait l’admiration de nos voisins ou buter sur le pessimisme ambiant ?
Cela nous amène à poser la question de son efficacité et de son attractivité.
Et donc de sa capacité à être adopté par les PME qui demeurent le vivier d’emplois principal.



L’objet du contrat de génération

Le contrat de génération
Sans tarder le gouvernement s’est engagé sur la voie de l’intergénérationnel en liant un senior de 57 ans et plus(ou de 55 ans s’il est recruté à l’occasion du contrat) à un jeune salarié (moins de 26 ans) à la recherche de son premier emploi.
L’idée majeure est que l’un a besoin de l’autre pour s’intégrer et apprendre son métier et qu’il ne peut s’agir d’un temps court mais au contraire d’un temps long favorable à la qualité de l’accompagnement et à la sécurisation des parcours.

En quoi est ce innovant ?
Assurément en reliant deux générations, celle qui entre en vie active et celle qui se prépare à la quitter, le contrat de génération est innovant
Nous n’en sommes plus à quelques primes régionales d’embauche d’un apprenti ou à des pénalités dues par défaut d’accord d’emploi des seniors……

Mais est-il attractif?
A la clé 4000 € soit 2000 € sur chacun des salariés désignés pour bénéficier du contrat de génération pour un engagement minimal de 3 ans : des sommes qui ne donnent pas le vertige !

Exemple : une cadre senior rémunérée à 50000 € + charges liée par le contrat à un technicien junior de 20000 € + charges soit une masse salariale totale de 100000 €
L’effet du contrat ne permet qu’une économie annuelle de 4% ce qui est assez peu.

L’attractivité serait elle alors dans sa mise en œuvre ?

Les scénarios les plus courants du contrat de génération

EN PME : deux scénarios prédominent
Le contrat de génération

Le contrat de génération

Ou encore dans une entreprise de taille intermédiaire voire une grande entreprise
Le contrat de génération

Si l’ETI ou la grande entreprise n’ont d’autre choix que de s’engager dans un accord d’entreprise, sans bénéfice direct, la PME peut bénéficier des aides financières en associant un junior qui a beaucoup à apprendre à un senior qui a beaucoup à donner:
Nul doute qu’elle saurait faire mais avec la difficulté d’arbitrer entre contrat d’apprentissage et contrat de génération qui concernent chacun les jeunes de moins de 26 ans.

Avec la même obligation de déclaration administrative et un levier économique réduit pourquoi choisir le contrat de génération (plutôt que le contrat d’apprentissage) ?

En faisant le pari d’une plus grande efficacité du lien senior- junior versus la formation initiale : chacun aura son opinion sur le sujet !
Certes beaucoup d’apprentis restent dans l’entreprise après en CDI mais dans ce cas encore faut il avoir un senior pour « porter » le contrat de génération.

Qu’est ce qui pourrait les empêcher d’y recourir ?

Si l’économique n’est pas au rendez vous on pourrait se heurter à la prudence des DRH peu en situation de s’engager dans la durée. Se dégager du contrat de génération est certainement envisageable mais nécessitera une procédure justificative qui rebutera.
Les PME ne vont pas se précipiter pour se lier les mains alors qu’elles n’ont que peu de perspectives de recrutement.
Et les inciter à mettre en œuvre un plan de déploiement de la GPEC au moyen du contrat de génération ne fait pas partie du programme : une occasion ratée de les pousser à travailler l’employabilité de leurs salariés.
Les Grandes Entreprise sauront en revanche saisir l’opportunité car leur volume est plus important et elles sont déjà dans une logique de GPEC (gestion prévisionnelle des emplois et compétences).

Associer les deux contrats elles savent faire mais recruteront elles plus pour autant ?
Rien n’est moins sûr !

Alors effet d’aubaine ou effet social ?

L’objectif d’amélioration de l’emploi des jeunes travailleurs sans nuire à celui des seniors, priorité nationale, est bien dans l’esprit de ce dispositif mais la lettre est décevante.
Les grandes entreprises s’organiseront pour être conformes mais les PME qui recèlent l’essentiel des enjeux d’emploi ne vont pas plonger ….rapidement. Il n’y aura que peu d’effet d ‘aubaine.
En revanche socialement la prise de conscience que l’emploi est une denrée rare résultant d’une dynamique intergénérationnelle a du sens politique : le jeune ne prend pas son emploi au senior et réciproquement. Ils le sécurisent mutuellement en s’enrichissant et en s’entre-aidant……

San doute est ce là le message le plus fort du contrat de génération, nous sommes jeunes et moins jeunes dans la même barque….et cela vaut la peine de travailler en semble…
Bref nous sommes en politique.

<